Skip to content

Brigitte BARDOT, nue, la première muse

05/01/2010

Ma première muse, fut sûrement : Brigitte BARDOT. Le sexe-symbole des années 1960.

Bien sûr, j’étais un peu jeune pour voir la femme sexy. Seulement cette belle blonde ;  à l’époque nous n’avions que la télévision en noir et blanc, il fallait juste imaginer et c’est comme cela que naît un fantasme dans l’esprit d’un enfant !

Les Bijoutiers du clair de lune
1957 – France/Italie – Drame – 1h35
Réalisation : Roger Vadim

Sortant du couvent, la jeune Ursula va vivre chez son oncle, le Comte Ribera, en Espagne. Lambert, un garçon du village, accuse le Comte d’avoir poussé sa soeur au suicide en la déshonorant et se fait rosser par Ribera. Ursula le soigne alors et tombe amoureuse de lui, ignorante qu’il est l’amant de sa tante, Florentine…

Auteurs & scénaristes : Jacques Rémy, Roger Vadim, Albert Vidalie et Peter Viertel
avec : Brigitte Bardot (Ursula), Alida Valli (Tante Florentine), Stephen Boyd (Lambert), José Nieto (Comte Ribera (sous le nom Pepe Nieto)), Fernando Rey , Maruchi Fresno (Conchita (sous le nom Maruschi Fresno)), José Marco Davó (le Chef de la Police (non crédité)), Adriano Domínguez (Fernando (non crédité)), Mario Moreno (Alfonso (non crédité)), Nicolás D. Perchicot (le prêtre (non crédité))

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :